Histoire du surf

Les premiers rapports de surf disent que ce sport a été introduit à Hawaii par le roi polynésien Tahito. Mais en 1778, lorsque le navigateur James Cook découvre l’archipel, il affirme qu’il y a déjà des surfeurs sur l’île. Jusqu’au début du XXe siècle, le surf est resté bas jusqu’à ce qu’il rencontre son père, le duc Paoa Kahanamoku, qui a maintenu le sport vivant grâce à sa persévérance.

La première fois que le monde a entendu parler d’Hawaii et du surf, c’était après les Jeux olympiques de 1912 à Stockholm, où Duke a remporté une médaille d’or en natation. Duke a fait savoir au monde entier qu’il était un surfeur et que le surf était l’acte de surfer sur les vagues de la mer. Après sa victoire, Duke introduit le surf en Amérique en 1913 et en Australie en 1915.

Au Brésil, les premières planches ont été apportées par des touristes. La première planche brésilienne a été fabriquée en 1938 par Osmar Gonçalves, João Roberto et Júlio Putz, d’après l’article d’un magazine américain qui donnait les mesures et le type de bois à utiliser.

En 1950, les cariocas Jorge Grande, Bizão et Paulo Preguiça ont construit une planche qui n’avait ni flottaison ni envergure. En 1962, à Rio de Janeiro, M. Moacir crée une technique pour donner de l’envergure aux planches, à São Paulo, Homero Naldinho, 14 ans, fabrique ses bois.

Actuellement, c’est l’Association des surfeurs professionnels (ASP) qui réglemente et établit les directives du sport. Les plus grands surfeurs du monde s’affrontent chaque année pour le WCT (World Championship Tour), qui consacre le champion du monde.